Return to site

La fin de l’ère de la possession. Le début de celui de l’usage

Qui achète encore sa voiture ou son téléphone en 2018 ? J’exagère un peu bien sûr, mais la tendance est à l’usage, à la location des biens et services. Selon moi on va tendre vers cette tendance de plus en plus à l’avenir.

La fin d’une ère et le début d’une nouvelle ?

Les consommateurs (nous tous) somment en train de passer d’un monde ou la possession matérielle était la norme à un monde ou l’usage et le locatif va prédominer. On veut payer pour ce que l’on consomme.

On veut limiter nos charges fixes et maîtriser nos charges variables selon nos besoins du moment, nos envies.

Pensez à Netflix qui a changé la manière dont nous consommons des films, des séries. Les téléchargements ont drastiquement baissé depuis quelques années. Qui a encore un mega disque dur rempli de films alors que le cloud de Netflix se remplit de manière exponentielle chaque année ?

Spotify nous offre la même chose avec la musique.

Les voitures autonomes vont diminuer notre besoin de posséder un véhicule. Avoir une voiture est l’une des choses les plus inefficientes et coûteuses. Elle est chère à l’achat, sous utilisée et perd en valeur chaque année.

Une voiture autonome pourra dans quelques années venir vous chercher à l’heure précise demandée et partira faire autre chose une fois sa mission terminée. Elle pourra appartenir à une entreprise privée ou à un particulier.

En 2018, il y a déjà Uber et d’autres services de ride sharing qui vous permettent de ne pas posséder de voiture tout en pouvant vous déplacer selon vos besoins.

On peut aussi rajouter une vision du nomadisme qui revient en force par opposition au sédentarisme qui est moins sexy pour les millenials.

Le sédentarisme a naturellement entraîné les gens à posséder. Une voiture, puis un appartement ou une maison, des meubles, un garage etc etc

Notre génération est et va être plus mobile que les anciennes générations avec des envies de vivre des expériences à l’étranger, une envie d’être plus indépendant que ce soit dans :

  • le travail : durée des contrats, type de contrats, changement de métiers etc 
  • le lieu de vie : mobilité souhaitée pour découvrir d’autres lieux dans le monde 
  • le style de vie : nomade digital, indépendant, sédentaire, nomade six mois sédentaire six mois etc 

Il y a également le minimalisme qui s’impose comme un art de vivre en plein développement qui permet de ne posséder que l’essentiel est de bénéficier d’une liberté de choix et de déplacements presque totale.

Le nomade déménage d’appartement en appartement (ou de Airbnb et Airbnb) avec une simple valise, le tout en Blablacar et/ou en Uber et il peut commander en ligne son repas vient des services comme Fetch, Deliveroo ou Just Eat.

Les entreprises vont devoir s’adapter en proposant de plus en plus d’abonnement et de systèmes inspirés sur la VOD pour intéresser une génération qui sait qu’elle va changer de nombreuses fois de jobs, de villes voir de pays, de passions au cours de sa vie.

Si demain je veux devenir photographe, ou du moins apprendre, je préfère pouvoir louer un appareil pendant quelques mois plutôt que d’acheter cash un appareil.

La possession se transforme en expérience qui va nous permettre de découvrir plus d’activités, de tester plus facilement ce que l’on aime ou non sans avoir le sentiment d’être bloqué avec une possession que l’on doit assumer.

Je veux bien votre point de vue sur le sujet. N’hésitez pas à laisser un commentaire !

Quelques ressources que je conseille pour aller plus loin :

All Posts
×

Almost done…

We just sent you an email. Please click the link in the email to confirm your subscription!

OKSubscriptions powered by Strikingly